Solutions Social Deduction (SSD) : faire émerger des organisations apprenantes

La SSD a fait l’objet d’une conférence à l’Agile Tour Québec en 2021, vous trouverez les transparents ici

SSD (Solutions Social Deduction) est une activité qui aide les groupes à devenir des organisations apprenantes.

Pour ce faire, elle encourage les individus à améliorer la façon dont ils observent la situation du groupe, les pousse à trouver ce qui est bon pour eux et met en évidence les choses réutilisables qui fonctionnent déjà.

SSD: les étapes

  • Vous jouez le rôle de l’animateur
  • Demandez aux membres du groupe de penser à une action qu’ils pourraient faire, seuls, individuellement, pour rendre la vie du groupe (un peu) meilleure. Cette action doit rester secrète. On ne leur demande pas nécessairement de mener une grande révolution ou de chambouler complètement leurs habitudes… Il est tout à fait acceptable de réaliser une action modeste. Chacun est libre d’investir l’énergie qu’il souhaite dans l’activité, mais tout le monde DOIT faire quelque chose. Ensuite, ils communiquent cette action à l’animateur (cela peut se faire, par exemple, par le biais d’un morceau de papier sur lequel sont inscrits leur action et leur nom, ou par un message privé votre système de communication électronique préféré).
  • Demandez au groupe quand il souhaite se réunir à nouveau pour obtenir la conclusion de l’activité.
  • Expliquez-leur qu’au cours de la « réunion de conclusion » ou « bilan de SSD », il sera demandé à chacun de tenter de deviner quelles actions d’amélioration les autres ont secrètement réalisées. Il est possible de formuler plusieurs hypothèses sur les actions d’un participant.
  • Lorsqu’ils essaieront de deviner ce que les autres ont fait, vous leur demanderez pourquoi ils pensent qu’il s’agit d’une action d’amélioration, ce qu’elle a apporté au groupe, etc.
  • À la fin du « bilan de SSD« , convenez de la date de la prochaine session. Essayez même d’en faire un événement récurrent (apprendre n’est pas une chose ponctuelle que l’on fait une seule fois et que l’on peut arrêter ensuite). Encouragez les participants à essayer de nouvelles choses à chaque fois afin de rendre l’activité plus amusante et d’explorer davantage de pistes d’amélioration. Par exemple, ils peuvent faire des choses qu’ils ont toujours voulu faire mais n’ont jamais pu mettre en place

Optionnel : tenir le compte des scores

Même si l’activité fonctionne très bien sans score, certains groupes peuvent apprécier ce genre de mécaniques. Voici donc quelques suggestions sur l’attribution de points lors des « bilans de SSD »

  • Vous pouvez donner aux participants des points chaque fois qu’ils ont deviné une action réalisée par quelqu’un d’autre. Ne donnez pas de pénalité lorsque les gens font plusieurs suppositions, car nous voulons justement qu’ils listent autant d’actions bénéfiques au groupe que possible.
  • Vous pouvez aussi accorder des points aux participants chaque fois que quelqu’un a bien deviné leur action, celle qu’ils ont eux-mêmes choisi de réaliser (cela signifie que leur action était si intéressante pour l’équipe qu’elle a été remarquée facilement).
  • Vous pouvez enfin demander aux participants de voter pour l’action la plus originale et la plus inattendue (et attribuer des points supplémentaires à son auteur) afin de favoriser l’innovation.

Comment la SSD aide-t-elle un groupe à devenir une organisation apprenante ?

Essayer de deviner quelles actions bénéfiques les autres ont réalisées pour les groupe pousse les gens à percevoir leurs collègues comme des vecteurs d’amélioration, des atouts sur lesquels ils pourront s’appuyer. Cela donne un regard nouveau sur leurs capacités à toujours rendre le groupe meilleur. Cela permet également d’avoir une vision plus nette et moins sombre de la situation du groupe. Améliorer ces « capteurs de groupe » est déjà une forme d’apprentissage.

Mais ce qui est encore plus fort, c’est qu’en expliquant pourquoi ils pensent qu’une action était « bonne » pour le groupe, ils améliorent également leur compréhension de ce qui est « bon » pour le groupe. ça a l’air très tautologique dit comme ça mais ça n’en reste pas moins vrai: plus on s’habitue à détecter quelque chose, plus cette chose devient familière et plus on la comprend. Par conséquent, cela les aidera à se concentrer sur ces éléments à l’avenir et les encouragera à faire davantage de ces « bonnes choses » (par exemple, en les développant encore plus, en les faisant plus fréquemment ou plus intensément). Il s’agit d’une étape fondamentale pour faire d’un groupe une organisation apprenante.
Il est également intéressant de noter que parmi les actions qu’ils ont remarquées et mises en avant durant les « bilans de SSD », certaines n’ont probablement pas été faites spécialement dans le contexte de la SSD (c’est l’avantage de laisser la possibilité aux participants d’émettre plusieurs hypothèses par action). Certaines d’entre elles ont pu être réalisées naturellement et ont souvent été démarrées avant le début du SSD. Cela renforcera la confiance du groupe, et lui fera prendre conscience de ses forces et des ressources dont il dispose déjà, des fondations sur lesquels il peut bâtir, et, par conséquent, améliorera sa capacité à oser, essayer… Et donc à apprendre !
Bâtir l’avenir sur ce qui fonctionne déjà est d’ailleurs une des deux approches de l’amélioration dont parlait l’article précédent qui traitait d’une des différences importantes entre thérapies et coaching

Remerciements

Merci à Shilpi Singhal qui m’a aidé à mettre au point certaines des étapes décrites ici

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s